Entretien avec Anne COURVASIER, Intervenante FORMÉMENT en Sanitaire & Social

loop single

 

Anne, pouvez-vous nous resituer le contexte de la bientraitance des patients dans le domaine Sanitaire & Social ?

Le concept de bientraitance est récent, le mot bientraitance n’est entré dans le dictionnaire Larousse qu’en 2013 !

En France, différents éléments vont contribuer à faire émerger ce concept :

  • Des évolutions législatives: Loi n° 2002-2 du 2 janvier 2002, dite loi de rénovation et de modernisation de l’action sociale, loi du 4 mars 2002 dite loi Kouchner, loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.
  • Des évolutions démographiques: En 2017, 5 994 781 personnes ont plus de 75 ans (soit plus de 9% de la population française).
  • Un accroissement du nombre d’établissements et services médico-sociaux :

-En 2014, 493 000 personnes handicapées sont accueillies en établissements et services médico‐sociaux, soit une augmentation de 5,7 % par rapport à 2010 (sources : Les Dossiers de la Drees, n°28).

-En 2015, 728 000 personnes fréquentent un établissement d’hébergement pour personnes âgées ou y vivent (sources : DRESS, Études et Résultats, n°1015).

  • Des contraintes institutionnelles qui s’imposent aux établissements : rationalisation des coûts, démarches qualité, certifications, éthique et individualisation de la prise en charge des personnes…
  • La prise en compte de la maltraitance des personnes vulnérables : en positionnant l’amélioration continue des pratiques professionnelles comme moyens de prévention individuels et collectifs.

Pourquoi le thème de la bientraitance est-il autant demandé dans le secteur Sanitaire & Social ?

Pour chaque établissement, la bientraitance s’inscrit dans une démarche éthique qui consiste à tout moment à requestionner l’organisation de la prise en charge, les pratiques professionnelles pour rechercher les postures, les actions à mettre en place qui garantiront la prise en compte de la personne dans sa globalité, dans sa spécificité, ses valeurs, ses désirs…

Comment avez-vous acquis vos compétences sur cette thématique et dans ce secteur particulièrement ?

Pour moi aussi, l’acquisition de compétences s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue de mes pratiques professionnelles (d’abord en tant qu’assistante sociale, puis comme formatrice). Je me forme, je participe à des groupes de réflexion et d’analyse de pratique, je me documente…

Quels sont vos atouts pour transmettre votre savoir-faire et votre savoir-être ?

En formation et en accompagnement, je m’appuie sur des outils de communication non violente, de bienveillance relationnelle au quotidien.

Mieux se connaître, mieux connaître l’autre pour mieux accompagner : par l’échange, des exercices, des mises en situation, des apports théoriques, j’amène chacun à cheminer à son rythme, dans un cadre sécurisant.

Je crois également en la force de l’expérimentation par le jeu pour faciliter la prise de conscience et inciter chacun à se reconnecter à ses valeurs, au sens de sa contribution, mais aussi aux valeurs de l’institution et au travail collectif.

Selon vous, pourquoi est-il important de sensibiliser les établissements (maisons de retraite, EHPAD…) à la bientraitance ?

Il me semble que les établissements sont déjà sensibilisés à la bientraitance !

Pour autant, continuer à penser la bientraitance, la faire vivre au quotidien contribue à :

-Favoriser la coopération au sein des équipes (croiser les regards, s’entraider…)

-Favoriser l’implication des usagers dans leur prise en charge et en les resituant dans le processus de décision les concernant

-Donner du sens au travail (organisation des missions, contribution globale, cohérence des pratiques, repères éthiques…) et donc prévenir les risques psychosociaux

-Ancrer une culture partagée (droits des personnes accueillies, qualité de vie au travail, éthique)

-Vérifier l’adéquation du cadre institutionnel avec les projets (d’établissements, de soins, individuels…), avec la règlementation

-Détecter les impacts des changements organisationnels (restructuration, polyvalence, flexibilité, nouvelles missions, nouvelles règles…) sur les personnes accueillies et sur les professionnels

Au cours des différentes années, avez-vous pu observer, d’une manière générale, une évolution  dans les pratiques qui concernent la bientraitance au sein des établissements ?

Dans les années 90, la bientraitance était plutôt appréhendée comme la face opposée de la maltraitance, dans une conception un peu binaire, et avec une volonté de lutter contre les actes de maltraitance.

Au début des années 2000, les demandes de formation étaient surtout centrées sur la compréhension de la nécessité de faire évoluer les pratiques, en lien avec la législation, le sens du travail, les valeurs partagées, le respect des usagers et de leurs droits fondamentaux.

Depuis quelques années, les institutions appréhendent la bientraitance de façon plus globale : il ne s’agit plus simplement de former les professionnels, mais aussi d’interroger cette notion au regard de l’organisation de la structure, de ses valeurs, des pratiques managériales et de l’organisation du travail. La prévention de la bientraitance s’inscrit dans une démarche éthique centrée sur le bien-être des usagers et des professionnels de l’établissement ou du service.

 

Entretien avec Anne COURVASIER pour FORMÉMENT – 26/02/2019

> Retrouver cet article au format imprimable PDF : Cliquez ici

 

Focus sur Anne Courvasier

Centrée sur le bien-être au travail des équipes et des individus, Anne a enrichi son parcours en obtenant le Diplôme Universitaire « Prévention des risques psychosociaux au travail », avec un mémoire intitulé « Bien traiter les soignants : La prévention des risques psychosociaux en EHPAD ».

Après 20 ans d’expérience dans l’accompagnement des personnes, elle est aujourd’hui formatrice consultante pour FORMÉMENT en problématiques sociales au travail : bientraitance, cohésion d’équipe, communication, problèmes relationnels au travail, risques psychosociaux, addictions… depuis maintenant 7 ans.

Ses domaines clés : les relations humaines, la gestion de projets et le bien vivre au travail.

Photo avec cadre

> Retrouver les détails du Mémoire au format imprimable PDF : Cliquez ici